L'histoire

La bague d'espionnage Culper - Faits, code et importance

La bague d'espionnage Culper - Faits, code et importance



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les forces britanniques occupèrent New York en août 1776 et la ville resterait un bastion britannique et une base navale majeure pendant toute la durée de la guerre d'indépendance. Bien qu'obtenir des informations de New York sur les mouvements de troupes britanniques et d'autres plans était essentiel pour le général George Washington, commandant de l'armée continentale, il n'existait tout simplement aucun réseau de renseignement fiable du côté des Patriotes à cette époque. Cela a changé en 1778, lorsqu'un jeune officier de cavalerie nommé Benjamin Tallmadge a créé un petit groupe d'hommes et de femmes dignes de confiance de sa ville natale de Setauket, Long Island. Connu sous le nom de Culper Spy Ring, le réseau local de Tallmadge deviendrait la plus efficace de toutes les opérations de collecte de renseignements de chaque côté pendant la guerre d'indépendance.

Les dangers de l'espionnage

À la mi-septembre 1776, l'officier américain Nathan Hale est pendu sans procès à New York. Les autorités britanniques avaient attrapé Hale alors qu'il retournait à son régiment après avoir pénétré les lignes britanniques pour recueillir des informations. La mort de Hale a illustré les graves dangers inhérents à l'espionnage pour les rebelles pendant la guerre d'indépendance, en particulier dans le bastion britannique de New York. Pendant ce temps, Benjamin Tallmadge, un jeune officier de cavalerie de Setauket, s'était enrôlé dans l'armée continentale au début de la Révolution américaine en 1775 et avait rapidement obtenu le grade de major. Au milieu de 1778, le général George Washington nomma Tallmadge à la tête des services secrets de l'armée continentale ; il a été chargé d'établir un réseau d'espionnage permanent qui opérerait derrière les lignes ennemies sur Long Island.

Tallmadge ne recrutait que ceux en qui il pouvait absolument avoir confiance, à commencer par son ami d'enfance, le fermier Abraham Woodhull, et Caleb Brewster, dont la tâche principale pendant la Révolution était de commander une flotte de baleiniers contre les navires britanniques et conservateurs sur Long Island Sound. Brewster, l'un des plus audacieux du groupe, était aussi le seul membre que les Britanniques avaient définitivement identifié comme un espion. Tallmadge portait le nom de code John Bolton, tandis que Woodhull portait le nom de Samuel Culper.

Fonctionnement de l'anneau d'espionnage Culper

Woodhull, qui a commencé à diriger les opérations quotidiennes du groupe à Long Island, s'est également rendu personnellement à New York pour recueillir des informations et observer les manœuvres navales là-bas. Il évaluerait les rapports et déterminerait quelles informations seraient transmises à Washington. Les expéditions seraient ensuite données à Brewster, qui les transporterait à travers le détroit jusqu'à Fairfield, Connecticut, et Tallmadge les transmettrait ensuite à Washington. Woodhull vivait dans l'angoisse constante d'être découvert, et à l'été 1779, il avait recruté un autre homme, le marchand new-yorkais bien connecté Robert Townsend, pour servir de source principale de l'anneau dans la ville. Townsend a écrit ses rapports sous le nom de "Samuel Culper, Jr." et Woodhull est passé par "Samuel Culper, Sr."

Austin Roe, un tavernier à Setauket qui a agi comme coursier pour le réseau Culper, s'est rendu à Manhattan avec l'excuse d'acheter des fournitures pour son entreprise. Une femme de Setauket et voisine de Woodhull, Anna Smith Strong, aurait également contribué aux activités du réseau d'espionnage. Son mari, le juge patriote local Selah Strong, avait été confiné sur le navire-prison britannique HMS Jersey en 1778, et Anna Strong avait vécu seule pendant une grande partie de la guerre. Elle aurait utilisé le linge sur sa corde à linge pour laisser des signaux concernant l'emplacement de Brewster pour les réunions avec Woodhull.

Succès de l'anneau d'espionnage Culper

Malgré quelques relations tendues au sein du groupe et la pression constante de Washington pour envoyer plus d'informations, le Culper Spy Ring a réalisé plus que tout autre réseau de renseignement américain ou britannique pendant la guerre. Les informations recueillies et transmises par le ring de 1778 à la fin de la guerre en 1783 concernaient les principaux mouvements de troupes britanniques, les fortifications et les plans à New York et dans la région environnante. La plus grande réussite du groupe a peut-être eu lieu en 1780, lorsqu'il a découvert des plans britanniques pour tendre une embuscade à l'armée française nouvellement arrivée dans le Rhode Island. Sans les avertissements du réseau d'espionnage à Washington, l'alliance franco-américaine pourrait bien avoir été endommagée ou détruite par cette attaque surprise.

Le Culper Spy Ring a également été crédité d'avoir découvert des informations concernant la correspondance traîtresse entre Benedict Arnold et John Andre, chef du renseignement sous le général Henry Clinton, commandant des forces britanniques à New York, qui conspiraient pour donner aux Britanniques le contrôle de l'armée. fort à West Point. Le major Andre fut capturé et pendu comme espion en octobre 1780, sur ordre de Washington.


La bague d'espionnage Culper - Faits, code et importance - HISTOIRE

  • Encre invisible - Les Américains ont utilisé une encre invisible appelée "tache" qui a été développée par le docteur James Jay. Il a fallu un produit chimique spécial (connu uniquement des Américains) pour révéler l'écriture.
  • Codes secrets - Les codes secrets ont également été utilisés en combinaison avec un chiffrement pour protéger les messages. Dans de nombreux cas, cependant, l'ennemi était capable de déchiffrer les codes.
  • Lettres masquées - Un dernier moyen de masquer un message utilisait un masque spécifique sur ce qui semblait être une lettre normale. Le masque révélerait un message secret caché dans la lettre.


Les espions utilisaient souvent des couvertures et des déguisements pour amener l'ennemi à leur faire confiance. Ils prétendraient être des colporteurs ou des agriculteurs locaux. Les loyalistes prétendraient être des patriotes pour entrer dans des groupes comme les Fils de la Liberté. Les patriotes feraient la même chose pour découvrir ce que faisaient les loyalistes.

L'une des plus grandes opérations d'espionnage de la guerre d'indépendance était le Culper Spy Ring. Le ring a été organisé par le maître-espion de George Washington, Benjamin Tallmadge. Le but de l'anneau était de fournir à Washington des informations sur l'armée britannique à New York. Les deux principaux agents secrets du ring étaient Abraham Woodhull et Robert Townshend.

Le Culper Spy Ring a fourni de nombreuses informations précieuses à George Washington, notamment les mouvements des troupes britanniques, les plans stratégiques et le fait que l'officier américain Benedict Arnold allait devenir un traître.


Nathan Hale - Hale était un espion américain qui a été arrêté alors qu'il recueillait des informations à New York. Il a été pendu par les Britanniques, mais on se souvient de ses derniers mots célèbres qui étaient "Je regrette seulement de n'avoir qu'une vie à donner pour mon pays".

Benjamin Tallmadge - Tallmadge dirigeait le réseau d'espionnage américain sous George Washington. Il a organisé le célèbre Culper Spy Ring à New York.

Abraham Woodhull - Abraham était un membre clé du Culper Spy Ring. Il a utilisé le pseudonyme de Samuel Culper pour envoyer des messages et travailler comme espion.

Lydia Darragh - Lydia a espionné les officiers britanniques qui se sont réunis chez elle pour discuter des plans de bataille. Elle a ensuite transmis l'information aux soldats américains.


Benedict Arnold - Benedict Arnold était général de l'armée continentale lorsqu'il a décidé de changer de camp. Il prévoyait de remettre Fort West Point aux Britanniques avant que ses plans ne soient dévoilés et il s'enfuit aux Britanniques.

Hercules Mulligan - Mulligan possédait un magasin de vêtements à New York où de nombreux officiers britanniques faisaient leurs achats. Il recueillait des informations en parlant aux officiers, puis les transmettait à George Washington.

Daniel Bissell - Bissell a fait semblant de déserter l'armée continentale et de rejoindre les Britanniques. Il a travaillé pour les Britanniques pendant plus d'un an, rassemblant toutes sortes d'informations détaillées.

Nancy Hart - Il existe de nombreuses histoires sur les exploits de Nancy Hart pendant la guerre. Ils incluent son habillage en homme pour infiltrer les camps britanniques ainsi que la capture d'un certain nombre de soldats britanniques dans sa maison.


La méthodologie Spy Ring&rsquos : tactiques et informations recueillies

Dans les premiers jours de Culper Ring, Abraham Woodhull se rendait fréquemment à New York sous le couvert de son métier d'agriculteur livrant des produits ou pour rendre visite à sa sœur, qui vivait dans la ville. Pendant son séjour à New York, il a recueilli des informations sur les unités de la ville, leurs dispositions et toutes les nouvelles qu'il a entendues de la part de loyalistes bavards et d'officiers britanniques.

C'était une information précieuse, mais un interrogatoire approfondi par des soldats britanniques curieux au cours d'une de ces visites a fait comprendre la dangerosité de ce qu'il faisait et comment un seul faux pas, un faux mouvement ou une simple malchance pouvait l'envoyer à la potence. Ainsi, pour réduire son exposition et la fréquence de ses voyages de Long Island à New York et retour, Woodhull a commencé à se pencher davantage sur le recrutement d'espions dans la ville et à utiliser leurs rapports au lieu de ses observations personnelles. Une des premières recrues était sa sœur et son mari à New York, mais les rapports de son beau-frère étaient souvent si vagues qu'ils étaient inutiles.

Initialement, Woodhull recueillerait les informations à New York, les rapporterait à Setauket, Long Island, puis les livrerait à Caleb Brewster, qui les livra à Benjamin Tallmadge, qui les livra à George Washington. Ce fut un processus fastidieux qui a finalement été raccourci en utilisant des coursiers pour collecter les informations à New York et les envoyer rapidement à Setauket, à 55 miles de là. Le processus a été encore raccourci par l'utilisation de coureurs express pour transmettre les renseignements de Tallmadge à Washington.

Une voisine et amie de Woodhull à Setauket, Anna Strong, a utilisé sa lessive comme code pour coordonner entre Brewster et Woodhull quand les renseignements étaient prêts à être recueillis et où ils devaient être recueillis. Lorsque Brewster était dans la région, prêt à ramasser les rapports de Woodhull, Anna accrochait un jupon noir dans sa lessive comme un signal à Woodhull. Woodhull finirait ensuite de compiler un rapport et le rangerait dans une cachette préétablie dans l'une des six criques près de Setauket. Anna suspendait ensuite des mouchoirs blancs pour les faire sécher, leur numéro correspondant au numéro de la crique où Woodhull avait caché le rapport. Brewster se rendrait ensuite dans la bonne crique, récupèrerait le rapport et le livrerait à travers le détroit de Long Island jusqu'à Tallmadge dans le Connecticut.


Bague Espion Culper

Le Culper Spy Ring était un réseau d'espionnage américain opérant pendant la guerre d'indépendance américaine qui a fourni à George Washington des informations sur les mouvements de troupes britanniques. En novembre 1778, George Washington nomma le major Benjamin Tallmadge directeur du renseignement militaire, chargé de créer un réseau d'espionnage à New York, siège du quartier général britannique.

Ce réseau est devenu connu sous le nom de Culper Spy Ring et a fonctionné avec succès dans et autour de New York pendant cinq ans, période au cours de laquelle aucun espion n'a jamais été démasqué. En effet, même Washington ignorait l'identité des espions. Les informateurs de Tallmadge étaient des amis qu'il s'était faits à l'école de Long Island, dont Austin Roe, Caleb Brewster, Abraham Woodhull et Anna Strong.

Bien que Woodhull était l'agent principal de Tallmadge, Robert Townsend était un informateur important qui se faisait passer pour un propriétaire de café et un marchand loyaliste tout en travaillant comme journaliste de société. En tant que journaliste, Townsend a pu obtenir des informations des Britanniques lors de réunions mondaines.

Afin de sauvegarder l'identité de ses espions, Tallmadge a utilisé un certain nombre de mesures de protection. Tallmadge a donné des pseudonymes à ses informateurs et a inventé un système de substitution numérique pour identifier ses informateurs plutôt que d'utiliser des noms. Sept cent soixante-trois numéros ont été utilisés, avec 711 désignant le général Washington, 745 représentant l'Angleterre et 727 pour New York. Tallmadge et ses associés ont également écrit à l'encre invisible.

Le réseau d'espionnage a mis en place une méthode sophistiquée pour transmettre des informations à Washington, qui était basé à New Windsor à New York. En conséquence, toutes les informations envoyées à Washington devaient être transportées à travers le territoire tenu par les Britanniques. Austin Roe est allé de Setauket, Long Island à New York, où il est entré dans l'établissement de Townsend. Là, Roe a passé une commande de Tallmadge qui a signé sous son nom de code John Bolton.

Ce message contenait des mots de code préétablis de Washington à Tallmadge auxquels Tallmadge a répondu en code. Les messages ont ensuite été cachés dans des marchandises que Roe a ramenées à Setauket et cachées dans une ferme appartenant à Abraham Woodhull qui récupérera plus tard les messages. Anna Strong, qui possédait une ferme près de la grange de Woodhull, accrochait alors un jupon noir sur sa corde à linge que Caleb Brewster pouvait voir afin de lui faire signe de récupérer les documents. Strong indiqua dans quelle crique Brewster devait atterrir en accrochant des mouchoirs pour désigner la crique spécifique. Brewster transmettrait ensuite les messages à Tallmadge.

Le réseau d'espionnage a joué un rôle important dans la guerre d'indépendance. Par exemple, en 1780, le groupe apprit que les Britanniques sous le commandement du général Henry Clinton étaient sur le point de lancer une expédition dans le Rhode Island. Tallmadge a contacté Washington qui a immédiatement ordonné à son armée de se mettre en position offensive, obligeant Clinton à annuler l'attaque. Le groupe était également responsable de l'arrestation de l'espion britannique, le major John André.

Bibliographie:

Foule, Terry. L'ennemi intérieur : une histoire d'espionnage. Oxford : Éditions Osprey, 2006.

Nagy, John A. Invisible Ink : Spycraft de la Révolution américaine. Yardley, Pennsylvanie : Éditions Westholme, 2009.

Rose, Alexandre. Les espions de Washington : l'histoire du premier réseau d'espions américain. New York : Bantam Books, 2007.

Spy Letters of the American Revolution (Clements Library, Université du Michigan)


Le livre propose une histoire authentique du Culper Spy Ring

Les espions et l'espionnage fascinent même les plus conventionnels d'entre nous depuis des générations. L'intrigue n'a pas de frontières temporelles ou locales : témoignez de la popularité des films Bond, de la série FX & ldquo Les Américains, & rdquo & ldquo Mission Impossible & rdquo & mdash la série télévisée et les films & mdash et plus récemment, & ldquoTurn : Washington & rsquos Spies. & rdquo Mais il est rare que les téléspectateurs peuvent dire qu'ils vivent là où l'espionnage de la guerre d'indépendance a eu lieu, sauf dans le cas de &ldquoTurn» dans lequel certains membres du Culper Spy Ring vivaient dans le hameau d'Oyster Bay et de Setauket.

Les historiens disent qu'il y a de nombreuses inexactitudes dans l'histoire décrite dans &ldquoTurn,&rdquo ainsi que dans la douzaine de livres environ écrits sur le Culper Spy Ring. Cela a incité Bill Bleyer, un journaliste et auteur à la retraite de Newsday, lauréat du prix Pulitzer, à écrire &ldquoGeorge Washington&rsquo Long Island Spy Ring: A History and Tour Guide»,» qu'il décrit comme une &ldquoanalytique histoire comparative.&rdquo

"Il y avait tellement de désinformation et d'informations contradictoires", a déclaré Bleyer, qui vit à Bayville. &ldquoBeaucoup d'entre eux ont pris leurs informations dans des versions [livres] antérieures. J'ai choisi ce que les autres ont dit, j'ai parcouru chaque pièce avec les historiens et j'ai souligné ce que d'autres auteurs ont dit et j'ai inclus les commentaires des historiens expliquant pourquoi cela aurait pu se produire. J'ai tout vérifié.&rdquo

Les théories démystifiées ont commencé avec le livre de l'historien du comté de Suffolk, Morton Pennypacker, 1939, &ldquoGeneral Washington Spies on Long Island et à New York,&rdquo, et se sont poursuivies dans les livres suivants sur le réseau d'espionnage, y compris le best-seller du New York Times &ldquoGeorge Washington &rsquos Secret Six,&rdquo par Brian Kilmeade, a déclaré Bleyer.

Son livre, publié ce mois-ci, clarifie et corrige la &ldquo spéculation non fondée&rdquo en incluant des commentaires de l'historienne d'Oyster Bay Claire Bellerjeau, du Raynham Hall Museum et de Beverly Tyler, l'historienne de la Three Village Historical Society dans le comté de Suffolk. Bleyer met les pendules à l'heure sur qui étaient les espions, comment ils ont fait leur espionnage et ce qu'ils ont accompli. Il examine également l'impact de Culper Spy Ring sur l'histoire et inclut un guide touristique des sites de la guerre d'indépendance de Long Island à la fin du livre.

Quant à AMC & ldquoTurn, & rdquo Bleyer a déclaré qu'il ne pouvait pas en regarder une grande partie. La série a attiré sa colère dès le début, lorsqu'elle a déclaré à tort que le Culper Spy Ring s'était formé en 1776, au lieu de 1778. Tant d'inexactitudes ont suivi, a déclaré Bleyer.

"C'est une série sur l'espionnage, mais ils n'en parlent pas pendant les 40 premières minutes", a-t-il déclaré. &ldquoIls ont transformé [Abraham] Woodhull&rsquos père très patriotique [Richard Woodhull] en un sympathisant conservateur, même s'il a presque été battu à mort par les Simcoe&rsquos Queen&rsquos Rangers. Dans &lsquoTurn,&rsquo Richard dénigre la Révolution et est montré en train de prendre un thé avec Simcoe et les autres Queen&rsquos Rangers.&rdquo

Le Raynham Hall Museum a organisé ce mois-ci une discussion virtuelle sur le livre de Bleyer&rsquos. Harriett Gerard, directrice exécutive du musée de la maison Oyster Bay, a déclaré que tout le monde à Raynham Hall, autrefois la maison du Culper Spy Robert Townsend, était impressionné par le livre Bleyer&rsquos.

&ldquoIl faut un certain courage pour écrire un livre comme celui-ci», a déclaré Gérard. &ldquoBill apporte le même engagement incroyable envers l'histoire qu'il le fait toujours pour découvrir et présenter la vérité, quelle qu'elle soit.&rdquo

Christopher Judge, un éducateur à Raynham Hall, a accepté. &ldquoCe livre est l'histoire de la vérité», a-t-il déclaré. &ldquoIl est important pour notre musée&rsquos histoire centrale.&rdquo

Une passion pour l'histoire

Bleyer a été un lecteur avide toute sa vie et a toujours aimé l'histoire. Né et élevé à Little Neck, Queens, jusqu'à ses 13 ans, il a lu des livres d'histoire écrits pour les enfants, terminant la série Landmark Book avant de commencer la maternelle.

Déménageant à Bayville en 1966, il découvrit plus d'histoire en visitant Sagamore Hill et la tombe du président Theodore Roosevelt au Youngs Memorial Cemetery. Diplômé en 1970 de Locust Valley High School, Bleyer a fréquenté l'Université Hofstra. Après avoir obtenu son diplôme, il a été rédacteur en chef du Oyster Bay Guardian de 1974 à 1975. Il a commencé sa carrière de 33 ans à Newsday en 1981, où il a parfois écrit sur Raynham Hall. Lorsqu'il a pris sa retraite en 2014, il a commencé à écrire des livres. &ldquoGeorge Washington&rsquos Long Island Spy Ring&rdquo est son quatrième livre.

« Les gens n'arrêtaient pas de me dire que je devrais écrire un livre sur la Révolution américaine », a déclaré Bleyer. &ldquoQuand &lsquoTurn&rsquo est sorti, mon éditeur, The History Press, m'a demandé d'écrire un livre sur le Culper Spy Ring, parce que l'émission de télévision était si populaire. Au début, j'ai dit non.&rdquo

Sa raison, a-t-il dit, était qu'il y avait tellement d'autres livres sur le réseau d'espionnage. Il se demandait ce qu'il pouvait faire différemment. Puis il a eu l'idée d'inclure un guide touristique et a tout de suite reçu le feu vert.

Trouver la vérité

Il a lu la plupart des lettres sur le réseau d'espionnage. Mais quand il a lu les livres, il s'est rendu compte que la plupart des informations étaient inexactes. Tout cela, a-t-il dit, n'était que fiction historique.

L'expérience en journalisme de Bleyer&rsquos a été utile. "Cela m'a aidé à jongler avec tous les comptes en conflit, et j'étais au téléphone tous les jours avec Beverly ou Claire", a-t-il déclaré. &ldquoNous&rsquod parler de ce que j'ai trouvé. Parfois, je change d'avis, ou ils changent le mien.

Il a trouvé le processus satisfaisant. &ldquoCe que j'ai le plus apprécié, c'est de parcourir les différentes versions du livre et de les démystifier,», a-t-il déclaré. &ldquoIl a fallu beaucoup de travail de détective pour démêler tout cela.&rdquo

Le livre de Pennypacker manquait de notes de bas de page et il a transformé des informations anecdotiques et des légendes en faits. Les écrivains qui l'ont suivi ont répété les informations inexactes sans les rechercher ni les remettre en question, a déclaré Bleyer.

Il apprit que Kilmeade avait rencontré des historiens de Setauket et d'Oyster Bay qui lui avaient donné des informations sur le réseau d'espionnage, mais il l'ignora. Il y avait à la place de nombreuses inexactitudes, a déclaré Bleyer. Pire, Kilmeade a inclus un dialogue fictif dans son livre, sans l'identifier comme tel.

&ldquoPourquoi inventer des agents secrets et toutes ces autres conneries pour mettre en avant l'histoire,&rdquo Bleyer a dit, &ldquoquand la vraie histoire est si bonne ?&rdquo

Qu'est-ce qu'il y a dans le livre ?

&ldquoGeorge Washington&rsquos Long Island Spy Ring: A History and Tour Guide&rdquo couvre la période 1776 à 1790, commençant par une introduction, qui corrige les inexactitudes des travaux précédents.

Le livre se poursuit avec la bataille de Long Island en 1776, suivie de l'occupation britannique de Long Island, de la tentative d'espionnage de Nathan Hale, d'autres premiers efforts d'espionnage et du fonctionnement du Culper Spy Ring. Il y a aussi une section sur chacun des espions de Long Island, avec une analyse de toutes leurs lettres de 1778 à la fin de la guerre d'indépendance, l'importance du réseau d'espionnage et ce qu'il a accompli. Le livre contient des commentaires de Bellerjeau et Tyler sur l'authenticité de l'histoire, ainsi que des explications sur ce que certaines informations historiques pourraient signifier.

Le dernier tiers du livre se concentre sur l'État de New York, George Washington Spy Trail, qui comprend un trésor de 47 pages de photographies et d'explications sur ce qui s'est passé à chaque endroit.

Séquelles personnelles

Bleyer a déclaré qu'écrire le livre ne l'avait en rien changé, mais qu'il avait plutôt cimenté les croyances qu'il avait déjà. « Cela m'a rendu plus sceptique quant à ce que les autres écrivent, à la façon dont les choses sont amplifiées, le tout sans analyse critique », a-t-il déclaré. &ldquoVous obtenez une ruée historique lorsque vous lisez une histoire de personnes risquant leur vie, pensant par codes, proposant de l'encre invisible. Pourquoi cocher toutes les cases pour le divertissement ?&rdquo

Bleyer a déclaré qu'il aimait à penser qu'il aurait rejoint le Culper Spy Ring si l'occasion lui en était donnée, mais a déclaré qu'il en était sûr. « C'était une occupation assez dangereuse, étant donné que le premier espion de Long Island était Nathan Hale », a-t-il déclaré, « et nous savons tous qu'il n'a pas trop bien fini. »

Son livre n'obtiendra jamais le genre d'exposition que &ldquoTurn&rdquo a reçu, a déclaré Bleyer, mais il est d'accord avec cela. Il est plus important pour lui de continuer avec des conférences faisant la promotion du livre. Cela étanchera sa soif d'auteur, a-t-il dit, de continuer à corriger le dossier.


Pourquoi l'espionnage était-il important dans la guerre d'Indépendance ?

Le reste de la réponse détaillée est ici. Alors, quel impact les espions ont-ils eu sur la guerre d'Indépendance ?

Espions. Informations lors de la Guerre révolutionnaire a été transmis à l'aide de lettres manuscrites. Espions utilisé diverses méthodes pour protéger leurs messages au cas où ils seraient interceptés par l'ennemi. Codes secrets - Les codes secrets ont également été utilisés en combinaison avec un chiffrement pour protéger les messages.

Deuxièmement, qui était un espion pendant la Révolution américaine ? Nathan Hale Hale a été capturé par l'armée britannique et exécuté comme un espionner le 22 septembre 1776. Hale fait toujours partie de la tradition populaire liée à la la révolution américaine pour ses prétendus derniers mots, « je regrette seulement de n'avoir qu'une vie à donner pour mon pays."

De ce fait, pourquoi les espions sont-ils importants ?

Espions aider les agences à découvrir des informations secrètes. Tout individu ou espionner anneau (un groupe coopérant de espions), au service d'un gouvernement, d'une entreprise ou d'une opération indépendante, peut commettre de l'espionnage.

Pourquoi le réseau d'espionnage Culper était-il important ?

Les Bague Espion Culper a permis à l'armée continentale de recueillir des renseignements de manière efficace et non conventionnelle dans la ville de New York occupée par les Britanniques pendant la Révolution américaine. L'une de ses réalisations les plus notables a été la collecte de renseignements qui ont sauvé les troupes françaises d'une embuscade britannique en juillet 1780.


La bague d'espionnage Culper - Faits, code et importance - HISTOIRE

En août 2020, le Long Island Museum a découvert une lettre Culper Spy Ring non cataloguée dans ses collections. Acquise par le musée en décembre 1951, la lettre manuscrite recto-verso mesure 9 3/16" x 7 5/8", est datée du 8 novembre 1779 et est de Benjamin Tallmadge (utilisant son alias, John Bolton) à Robert Townsend (alias Samuel Culper Jr.).

Les hommes faisaient partie d'un réseau d'espionnage pendant la Révolution américaine qui a fourni à George Washington des informations sur les activités des troupes britanniques occupant alors la ville de New York et Long Island. À l'été 1778, George Washington chargea le major Benjamin Tallmadge de recueillir des renseignements militaires sur le siège social britannique à New York. Né en 1754 à Long Island dans le village de Setauket, Tallmadge a recruté des amis d'enfance et des voisins pour son réseau d'espionnage, dont Caleb Brewster, Abraham Woodhull et Austin Roe. Dans les mouvements les plus fréquents du ring, les renseignements recueillis à New York étaient envoyés par message écrit par courrier à Setauket, puis à travers Long Island Sound jusqu'au Connecticut, puis au siège de Washington. Les messages de réponse reviendraient par le même chemin.

Tallmadge a pris des mesures supplémentaires pour maintenir le secret. Les espions ont reçu des pseudonymes, le réseau portant le nom de ceux d'Abraham Woodhull (Samuel Culper Sr.) et de Robert Townsend (Samuel Culper Jr.). Tallmadge a créé un livre de codes numériques de 763 nombres qui se sont substitués aux mots. "George Washington", par exemple, était 711, "New York" était 634 et "docteur" était 126. Des lettres et des chiffres individuels pouvaient également être échangés contre d'autres lettres, un mot tel que "soie" étant déguisé en "umco". . " Enfin, la correspondance pourrait éventuellement aussi être écrite à l'encre invisible.

Malgré la menace constante d'être découvert et plusieurs quasi-accidents, le réseau d'espionnage a fonctionné avec succès pendant cinq ans, sans que l'identité des agents soit révélée ni que la correspondance ne soit interceptée. Un exemple important des renseignements qu'il a fournis à Washington a été lorsque le général britannique Clinton a prévu en juillet 1780 d'envoyer une force de New York pour attaquer les forces françaises qui venaient d'arriver à Newport, Rhode Island. Une fois qu'un message Culper et d'autres renseignements ont atteint Washington, il a prétendu envoyer des troupes pour attaquer la ville de New York, forçant ainsi Clinton à annuler le plan et à rester dans la ville pour le défendre.

Lors de la découverte de cette lettre en août 2020, elle a été partagée avec Beverly Tyler, historienne à la Three Village Historical Society (qui a documenté et commémoré le réseau d'espionnage grâce à une bourse, une exposition et une journée annuelle d'espionnage Culper) Kristen Nyitray, directrice des collections spéciales et les archives de l'Université de Stony Brook University (qui possède deux lettres Culper écrites par George Washington) Claire Bellerjeau, directrice de l'éducation au Raynham Hall Museum (l'ancienne maison de Culper Spy Robert Townsend, et la maison des archives de la famille Townsend) et Bill Bleyer, journaliste indépendant, auteur et journaliste à la retraite de Newsday (qui a un nouveau livre sur le Culper Spy Ring). Avec une transcription et une analyse initiales par Bellerjeau et Nyitray, le groupe a discuté de la façon dont la lettre correspondait à d'autres correspondances de Culper et a comparé l'écriture manuscrite.

Tallmadge a écrit cette lettre à Robert Townsend le 8 novembre 1779, de Bedford, New York, où était basé son Second Regiment of Continental Light Dragoons. Un "Non. 16" dans le coin supérieur gauche de la lettre l'étiquette comme la seizième lettre entre les deux hommes. Robert Townsend avait rejoint le réseau d'espionnage à l'été 1779 et avait envoyé son premier rapport à Washington en juin. Sa position de marchand important des marchandises à Manhattan lui a permis de visiter les cafés, les magasins et le front de mer sans attirer les soupçons. Townsend a écouté et observé les Britanniques, recueillant des informations sur les fortifications, les plans militaires et le nombre, la santé et le mouvement des troupes. Townsend (en tant que Samuel Culper Junior) envoyait généralement ses lettres par courrier à Abraham Woodhull (en tant que Samuel Culper Senior) à Setauket, qui les a remises à Caleb Brewster pour le transport à travers Long Island Sound.

Dans cette lettre codée, Tallmadge (comme John Bolton) demande à Townsend de s'abstenir d'utiliser de l'encre invisible pour les conversations privées entre eux qui n'ont pas besoin d'aller sur George Washington, car Tallmadge n'a actuellement aucun « homologue pour le déchiffrer ». . Tallmadge dit plutôt d'utiliser leurs codes numériques pour la future correspondance personnelle. Tallmadge demande également si Townsend peut transporter « des soies, des gazes et des articles aussi coûteux de New York à Setauket sans danger », et comment la guerre a affecté leurs valeurs.

Tallmadge termine la lettre en demandant que " vous donneriez une marque distinctive à la feuille qui est la vraie lettre à Washington lorsqu'elle arrive dans un Quire, car je pourrais envoyer la mauvaise à Washington ". Un « cahier » est une unité de quantité de papier, d'environ vingt-cinq pages dans l'usage moderne. Ce détail révèle la pratique de Townsend d'écrire des lettres à Washington en utilisant de l'encre invisible et d'insérer la page dans un nouveau paquet de papier (parmi les marchandises qu'il a vendues dans son entreprise de Manhattan), qu'il a ensuite fourni à l'un des courriers du réseau d'espionnage pour qu'il l'emmène à Woodhull. à Setauket.

La plus grande importance de ce document est qu'il s'agit de la seule lettre survivante du Culper Spy Ring de Benjamin Tallmadge à Robert Townsend. Abraham Woodhull était censé le livrer à Townsend, mais les lettres ultérieures de Culper révèlent que la réunion prévue le 10 novembre entre les deux n'a pas eu lieu. Non livré et non lu, il a néanmoins été sauvegardé. Bien qu'il s'agisse d'une lettre privée entre deux espions au lieu de transmettre des renseignements importants jusqu'à la chaîne de commandement, il est remarquable de mentionner les défis liés à l'utilisation de l'encre invisible, montrant comment Townsend a soumis ses rapports et utilise le code Culper (le « Dictionnaire ») pour faire c'est incompréhensible pour les étrangers.

Après sa découverte, le Long Island Museum a décidé de s'assurer de l'authenticité de la lettre. À cette fin, la lettre a été inspectée en novembre 2020 par Peter Klarnet, spécialiste principal en Americana au département Livres et manuscrits du bureau new-yorkais de Christie's. Il a conclu que sur la base de l'écriture et du papier que la lettre est en effet authentique.

Les deux côtés de la lettre avaient été « soyeux », une pratique de conservation du début du XXe siècle par laquelle une fine maille de soie est appliquée sur du vieux papier pour donner un support supplémentaire. La soie se dégrade naturellement avec le temps, cependant, annulant son efficacité en plus, elle diminue la lisibilité du document. En décembre 2020, le Long Island Museum a envoyé la lettre à Reba Fishman Snyder, restauratrice de papier à la Morgan Library, à New York, pour retirer la soie. Le processus a assuré la conservation à long terme de la lettre et a amélioré sa lisibilité.

En septembre 2021, le Long Island Museum affichera la lettre au public, dans le cadre des événements Culper Spy Day (18 septembre) dans la région de Three Village.

Une transcription de la lettre :

Il y a quelque temps je t'ai proposé une certaine affaire, & dirigé
vous de ne pas m'écrire une réponse avec la tache, car il
pourrait éventuellement nous exposer, je n'ai aucun des
terpart alors à portée de main. Il n'y a pas longtemps que j'ai reçu une ligne de
vous avez écrit avec la tache, que j'ai heureusement découvert à
être de nature privée, ayant un peu la contrepartie
à portée de main.
Ce que je souhaite savoir de vous, c'est si 707 [vous] pouvez 640 [transporter]. 1 [un] peu
Umcou [soies], Aewtiu [gazes], 5 [et] des articles aussi coûteux de 727 [New York]. 634 [à]. 729 [Setauket]
sans 132 [danger]. Je souhaite aussi savoir quelle relation 625 [la]. 75 [coût].
de ces articles porte maintenant 634 [à]. leur 75 [coût] avant 625 [le]. 680 [guerre].
Dès que vous me résolvez dans ces questions, je vais
vous écrire plus en détail sur le sujet. j'écris ceci dans
style simple comme je suis informé C–– Sen’r doit avoir une interview
avec vous & peut le livrer lui-même. je devrais être content
d'une réponse du Retour du Porteur.
Je dois encore te rappeler de ne pas m'écrire sur
affaire privée avec le Stain, car je n'ai aucun des

Homologue pour le déchiffrer & bien sûr il doit aller au 711 [Washington].
J'ai le Stain & peut t'écrire avec ça, mais ton privé
Les lettres à moi doivent être écrites pour le moment avec le Dic-
tionnaire.
Je souhaite à l'avenir que vous donniez quelques distinctions
mark to the Sheet which is the true Letter to 711 [Washington].when it
comes in a Quire, as I may possibly send the wrong
one to 711 [Washington].
Let what I have wrote here be a profound
Secret with yourself & C – Senior.


Key Members of the Culper Ring

Benjamin Tallmadge was a dashing young major in Washington’s army, and his director of military intelligence. Originally from Setauket, on Long Island, Tallmadge initiated a series of correspondences with friends in his hometown, who formed the key members of the ring. By sending his civilian agents out on reconnaissance missions, and creating an elaborate method of passing information back to Washington’s camp in secret, Tallmadge was effectively America’s first spymaster.

Farmer Abraham Woodcoque made regular trips into Manhattan to deliver goods, and stayed at a boarding house run by his sister Mary Underhill and her husband Amos. The boarding house was a residence for a number of British officers, so Woodhull and the Underhills obtained significant information about troop movements and supply chains.

Robert Townsend was both a journalist and merchant, and owned a coffeehouse that was popular with British soldiers, placing him in a perfect position to gather intelligence. Townsend was one of the last of the Culper members to be identified by modern researchers. In 1929, historian Morton Pennypacker made the connection by matching handwriting on some of Townsend's letters to those sent to Washington by the spy known only as "Culper Junior."

The descendant of one of the original Mayflower passengers, Caleb Brewster worked as a courier for the Culper Ring. A skilled boat captain, he navigated through hard-to-reach coves and channels to pick up information gathered by the other members, and deliver it to Tallmadge. During the war, Brewster also ran smuggling missions from a whaling ship.

Chevreuil d'Austin worked as a merchant during the Revolution, and served as a courier for the ring. Riding on horseback, he regularly made the 55-mile trip between Setauket and Manhattan. In 2015, a letter was discovered that revealed Roe’s brothers Phillips and Nathaniel were also involved in espionage.

Agent 355 was the only known female member of the original spy network, and historians have been unable to confirm who she was. It is possible that she was Anna Strong, a neighbor of Woodhull’s, who sent signals to Brewster via her laundry line. Strong was the wife of Selah Strong, a judge who had been arrested in 1778 on suspicion of seditious activity. Selah was confined on a British prison ship in New York harbor for “surreptitious correspondence with the enemy.”

It is more likely that Agent 355 was not Anna Strong, but a woman of some social prominence living in New York, possibly even a member of a Loyalist family. Correspondence indicates that she had regular contact with Major John Andre, the chief of British intelligence, and Benedict Arnold, both of whom were stationed in the city.

In addition to these primary members of the ring, there was an extensive network of other civilians relaying messages regularly, including tailor Hercules Mulligan, journalist James Rivington, and a number of relatives of Woodhull and Tallmadge.


Never Enough History

bluecollardistro.com




With the Culper Ring now established, the network of spies spread across the New York City area. Now, Tallmadge and Hale were both well known patriots, so they entrusted Abraham Woodhull, a friend of Tallmadge, and Robert Townsend a well known merchant in Manhattan. It was through these two men that the network reported to Washington.Woodhull was the first to start spying on the British. He would travel into Manhattan and pretend to visit his sister. However, it was pretty obvious he wasn't visiting his sister and was just wandering around like a lost tourist looking for British troop movements and just plain snooping around. It was after the British tried to arrest him that Woodhull knew he needed an inside man. That inside man was Robert Townsend. Townsend was able to more easily find out about British troop movements and about British supply ships coming in to the port. It was then between the these two that the Culper Ring gets it's name. For some reason Woodhull signed a letter to Townsend as "Samuel Culper Sr." which Townsend's response letter was signed "Samuel Culper Jr." It was in these letters that the two communicated in a coded language described as "gibberish." Now what pushed these two to help in the fight for Independence? Well Woodhull is believed to have started spying as a form of probation for illegal trading on the black market. As for Townsend, he was inspired by the words of Thomas Paine's Bon sens, the mistreatment against his family and friends by the British and lastly was his relationship with Woodhull. Together these two men gathered much need information and played a key roll in the fight for American Independence.

homework.northport.k12.ny.us




So how did Woodhull and Townsend pull it off? Was it just the two of them? How did they get the information around? Well they had free range to do whatever they wanted since they were spies. The first step was to grow the network and gather as much information as possible. They needed a link between Woodhull, in Connecticut, and Townsend, in Manhattan, so they employed Austin Roe as a courier, another friend of Woodhull's. Roe's cousin's Phillip and Nathan also acted as couriers depending on the location of Washington headquarters. Townsend also used his own sister Sarah and cousin James to wander New York and take notes on the British. They also used other local business owners to report on movements and just general gossip. One of their key spies was James Rivington. He was so because he worked as a publisher for the Royal Gazzette which was the pro British newspaper in New York City. It was through these spies that intel on the British was gathered and relayed back to Washington himself. Mais comment? Well the information gathered in the city was given to Austin Roe. Roe would then take the information back to Long Island with the "supplies" he was picking up. Then a signal from Woodhull's neighbor Anna Strong would give an alert to Caleb Brewster to come collect the information from Roe. From there the intel was taken across the Long Island Sound and then onto Washington through American controlled Connecticut. Sounds complicated right? Well it was, but they pulled it off and you won't believe some of the events that would have taken place in the Culper Ring wasn't there to foil the British plans.

Now what is the Culper Ring's biggest claim to fame? Foiling the plan of America's most famous bad guy, Benedict Arnold. For my faithful reads, mainly my mom, will know that I am a staunch defender of Mr. Arnold and his actions in the cause of American Liberty. Now with that said I will put my personal views on Arnold aside and tell how the Culper Ring saved West Point from falling into the hands of the British. Major Andre, Arnold's contact with the British, was stopped at a checkpoint in Tarrytown, New York. When Andre was stopped he had not only the plans to West Point but a letter written by Arnold on how he planned to hand over West Point. As word spread through the American ranks Major Benjamin Tallmadge, aka "Samuel Culper Jr.," found out and demanded that Andre be turned over to Washington, instead the commanding officer had Andre turned over to, Colonel Jameson, who then turned Andre over to Benedict Arnold. smart move right? So as we know Arnold then switched sides and became known as America's greatest traitor, even though I strongly disagree and think Jane Fonda should take that spot. That may be the Culper Ring's biggest and most bad ass part of the Revolutionary War, but without the work they did behind enemy lines and without the information gathered in New York City the cause may have been lost and Washington and his forces may have never been as successful as they were.

Yes, the legend of 355 lives on. For those comic fanatics, you may be familiar with the name 355 from the DC Comic line of Y:The Last Man. Now, 355 in the comic mirrors the 355 in real life. 355 was a "bodyguard who works for a mysterious US government agency," according to Wikipedia. But little is known about the actual 355, so little even a name is unknown. Most historian believe the 355 was a woman from a Loyalist family which would explain how the the amount of information was gathered out of New York City. The reason for that belief is that information about Major Andre when he was stationed in New York flowed like water from a faucet, but when Andre was out of the city the well basically dried up. Aside from her link to New York, there is only one other mention of 355 in any Culper Ring letters. The identity and value of 355 has never been found. Some believe that 355 was Anna Strong, a link in the spy chain. Others feel that 355 was inside the city, mingling with the British officers and officials and that 355 was code for "lady." Some say that 355 was found out to be a spy, imprisoned and died on The Jersey, a British prison ship. Then there are some that say 355 never even existed and that the mention of 355 was in reference to something else. One thing is for sure, when dealing with a spy ring, nothing will ever be truly known. However, if 355 was real, the information she obtained would make her a hero, right up there with Molly Pitcher and Nancey Hart. Without the work of an agent like 355, the American fight could have taken longer and cost greater.


What do we learn from the Culper Ring? Well we learn that without them, the American cause for Independence may have not happened. We can look back and see that without the work they did the British may have had much more success against the Americans. The information gathered on British movements, forts, shipments and plans was proven to be key to Continental Army. The Culper Ring spoiled the plans of Benedict Arnold and stopped countless attacks on unsuspecting American regulars and militia. The Culper Ring is full of mystery which makes it alluring. However, the little that is known about them makes them harder to study and even harder to understand. What we do know is that the Culper Ring set the standard for how America would gather intelligence. They and they alone risked their and their families lives every time they walked the streets of New York. It was the one weakness that the British never saw coming, spies within their own stronghold. Not knowing who your enemy is will only ensure your defeat, and the Culper Ring was that enemy. Today, there are no monuments to the work of the spy ring, no mention in American History classes, just talks amongst history buffs like myself and the occasional History Chanel show. But they must be looked into more, for the simple reason that without them Washington would not have some of the success that makes him the hero he is today.


The Revolutionary War’s Best Kept Secret

One of Washington’s worst intelligence failures concerned his friend of many years, Benedict Arnold. Arnold, a brigadier general in the American Army, became a British agent. It was the Culper Ring that first discovered that he was working for the enemy when British Major John André paid a visit to the home of Robert Townsend’s father in Oyster Bay, Long Island.

Townsend’s sister Sarah saw a stranger leave a note addressed to “John Anderson” and later heard André talking to another British officer about the fortifications at West Point, saying how easy it would be to capture the fort. Sarah told her brother about the mysterious man in their father’s home. Townsend quickly sent a message to Benjamin Tallmadge who found out that André-Anderson had been picked up with information about West Point stashed in his boot. Tallmadge remembered that Arnold had issued orders that André be allowed through the American lines. Townsend immediately sent word of Arnold’s treason to Washington’s headquarters.

Unfortunately, before Arnold could be captured, he fled to a waiting British warship and returned to British-occupied New York where he worked openly for the British. Washington planned a covert operation to capture Arnold and bring him back for trial, but before the plan could be carried out Arnold and his unit were sent to the Chesapeake Bay area. As for John André, he suffered the ultimate fate. After a short hearing by a number of American military officers, he was found guilty and hanged as a spy.

Fleeing the colonies, Arnold made his way to England in 1781 and eventually ended up in Canada. He later served in the British military in the West Indies in 1794-1795. He died in England on June 14, 1801, a man forgotten by his contemporaries.
After the war of independence was won, Tallmadge married Mary Floyd and moved to Litchfield, Conn., where he operated a prosperous dry goods store. He was elected to Congress in 1800 and served eight terms. He died in 1835, aged 81.

The Culper Ring adequately proved its worth during the Revolution and was one of the war’s best-kept secrets.


Voir la vidéo: Le gouvernement ma proposé despionner les Français? (Août 2022).