L'histoire

Bordeaux, vers 1914

Bordeaux, vers 1914


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bordeaux, vers 1914

Cette photo montre Bordeaux vers 1914, à l'époque où le gouvernement français s'installa dans le port depuis Paris pour éviter l'avancée des Allemands.


Histoire de l'esclavage dans la capitale française du vin

La ville de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, est un centre du commerce du vin. Mais il y a des centaines d'années, c'était le deuxième port négrier de France.

Du 17e au 19e siècle, la ville a envoyé des centaines de navires transportant 130 000 esclaves en Amérique. Les navires rentraient à Bordeaux avec du coton, du tabac, du sucre et du rhum, aidant la ville et ses marchands à s'enrichir.

Certaines anciennes villes marchandes d'esclaves se sont souvenues de cette histoire avec de grands mémoriaux publics. Il n'y a pas un tel mémorial à Bordeaux.

Karfa Diallo veut changer cela. Il a immigré en France depuis Dakar, au Sénégal, il y a 20 ans. L'île de Gorée, près de Dakar, était l'endroit où de nombreux esclaves ont quitté l'Afrique pour les Amériques.

Diallo est le directeur de l'Association Mémoire et Partage, qui raconte le passé négriers de Bordeaux. Il pense que la ville n'a pas encore abordé son histoire ou admis les avantages qu'elle a reçus de l'esclavage. Il a déclaré qu'après avoir étudié l'histoire de la ville, il s'est rendu compte qu'elle, selon ses mots, "s'est enrichie du sang et de la sueur de mes ancêtres et n'a rien fait pour s'en souvenir".

Son groupe propose aux voyageurs un voyage de deux heures à travers les zones de la ville où se déroulaient les activités de traite négrière.

"Les image de vin est très difficile à réconcilier avec l'image de l'esclavage. C'est pourquoi la ville a tardé à donner à l'histoire la place qu'elle mérité dans les espaces publics et les écoles.

Il explique que plus de 12 rues de la ville de Bordeaux portent le nom de marchands d'esclaves bien connus.

Diallo avait demandé à la ville d'envisager de renommer ces rues. Mais maintenant, il demande aux autorités de placer des panneaux près des rues expliquant l'histoire de leurs noms.

Même les gens qui vivent dans la ville ne savent pas grand-chose de son rôle dans la traite des esclaves.

Le gouvernement de la ville a créé un groupe pour étudier l'histoire de la traite négrière de Bordeaux. Il a demandé aux habitants de la ville ce que, selon eux, le gouvernement devrait faire pour se souvenir de l'histoire de la ville. Marik Fetouh est l'adjoint au maire de Bordeaux. Il dit que les efforts de la ville doivent être faits, selon ses mots, « intelligemment, sans accusations ».

Diallo est d'accord. Il dit que ses tournées ne concernent pas "honte" personnes. Au lieu de cela, il vise à raconter l'histoire du passé de la ville d'une manière qui est "mesuré et réfléchi.

La correspondante Lisa Bryant a rapporté cette histoire depuis Bordeaux. Christopher Jones-Cruise a adapté l'histoire pour Apprendre l'anglais. Ashley Thompson était la rédactrice.

Nous voulons de vos nouvelles. Écrivez-nous dans la section Commentaires, ou visitez notre la page Facebook.


Bordeaux au tout début

Ruines romaines du palais Gallian à Bordeaux (19ème siècle)

L'ancien nom de Bordeaux, Burdigala, a été construit au IIIe siècle avant JC par une tribu celte : les Bituriges Vivisques. Stratégiquement placé sur la côte ouest, sur la courbe de la Garonne, Burdigala était le parfait carrefour entre l'océan Atlantique, la mer Méditerranée et la péninsule ibérique. Bordeaux a grandi et prospéré grâce au commerce de l'étain, car c'était le séjour évident sur la route de l'étain depuis la Grande-Bretagne.

En 56 après JC, la conquête de la région par Jules César et son lieutenant, Crassus, apporta une période de prospérité, et Burdigala devint un « emporium » du monde romain. Au cours des trois siècles suivants, elle s'est développée et a commencé à commercialiser du vin. Des constructions et des constructions massives ont eu lieu, comme un amphithéâtre, des temples, des thermes et certaines des maisons les plus luxueuses de la Gaule. Rapidement, elle devient l'une des plus grandes villes du sud de la Gaule et sa population atteint 20 000 habitants.

Au IIIe siècle de notre ère, après une période de guerres entre les tribus germaniques et l'Empire romain, les remparts de 9 mètres de haut sont construits. La ville est alors limitée par ce « castrum », qui protège également le port, et la population tombe à 15 000 habitants.


  • Les vins de Bordeaux sont des assemblages de renommée mondiale réalisés avec une proportion prédominante de Cabernet Sauvignon ou de Merlot.
  • La variation du millésime est particulièrement importante à Bordeaux. Les millésimes dignes d'une cave peuvent prendre de la valeur au fil des générations.
  • Bordeaux a trois styles principaux: Assemblage rive gauche (dominance Cabernet Sauvignon), Assemblage rive droite (dominance Merlot) et Assemblage blanc (Semillon et Sauvignon Blanc).
  • Malgré leur éloge, les vins de Bordeaux de qualité peuvent être trouvés à presque tous les prix, certains aussi abordables que 15 $.

Pourquoi le vin de Bordeaux est-il célèbre ?

Le succès de Bordeaux se résume à un seul trait : sa situation. Le climat et le sol de la région sont idéaux pour une viticulture de haute qualité. Pendant ce temps, sa proximité avec une grande ville portuaire a, pendant des siècles, permis aux viticulteurs locaux d'accéder facilement aux marchés d'exportation du monde entier.

Aux débuts du commerce international du vin, Bordeaux capitalise sur les navires et les riches marchands qui remplissent son port, en veillant à les faire repartir avec du vin. Au fur et à mesure que les riches marchands retournaient dans leur pays d'origine, les acclamations de la région se sont propagées. Bientôt, des classes de négoce en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas ont commencé à collectionner les vins de Bordeaux, cimentant ainsi sa réputation comme l'un des grands vins des classes supérieures.

Où se situe Bordeaux ?

La région de Bordeaux est située sur la côte ouest du centre de la France. Le golfe de Gascogne débouche dans l'estuaire de la Gironde, qui traverse le centre de Bordeaux créant deux régions viticoles importantes : la rive gauche et la rive droite. Ces régions forment la colonne vertébrale de l'identité bordelaise.

Étant si proche de l'Atlantique, les précipitations et l'humidité créent des défis pendant les mois de croissance du raisin, ce qui fait du millésime une considération cruciale lors du choix d'une bouteille. D'un autre côté, les effets du Gulf Stream produisent des effets de réchauffement, aidant à prolonger la saison de croissance.

Cépages dans l'assemblage bordelais

Un assemblage bordelais rouge peut incorporer jusqu'à six cépages différents : Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Petit Verdot, Malbec et Carménère. Ces deux derniers apparaissent rarement, mais lorsqu'ils le font, ils n'apparaissent qu'en petites quantités (moins de 2 pour cent du mélange). Le merlot et le cabernet sauvignon sont plutôt les acteurs dominants et sont tous deux nécessaires pour être considérés comme un assemblage bordelais. La proportion de chacun dépend de la rive de l'estuaire de la Gironde sur laquelle se situe le domaine.

Si la cave est sur la rive gauche, l'assemblage créé aura plus de Cabernet Sauvignon que de Merlot. Si la cave est plutôt sur la rive droite de la rivière, le vin aura plus de merlot dans l'assemblage que de cabernet sauvignon.

Cette détermination nous permet de faire quelques généralisations sur le vin en fonction de la banque sur laquelle il a été créé. Voici quelques règles générales :

Les mélanges de la rive gauche ont tendance à être plus riches en tanins, en alcool et en acidité. Ce sont des vins puissants et riches dont on dit qu'ils vieillissent un peu mieux que les vins de la rive droite. La rive gauche abrite également de nombreuses propriétés qui ont fait la renommée de la région.

Les mélanges de la rive droite ont tendance à être plus doux, moins tanniques et plus faibles en alcool et en acidité. Avec le merlot comme cépage dominant, ces vins sont beaucoup plus juteux et généralement prêts à boire plus tôt que les bouteilles de la rive gauche.

Qu'est-ce que le Bordeaux Blanc ?

Le Bordeaux blanc se repose tranquillement dans l'ombre du Bordeaux rouge - à l'exception du Sauternes, qui est considéré comme l'un des vins de dessert les plus désirables et les plus recherchés au monde.

Le Sémillon et le Sauvignon Blanc sont les principaux cépages des assemblages blancs de la région. Contrairement aux généralisations, les vins mono-cépage Sauvignon Blanc sont autorisés et sont souvent très expressifs avec des arômes d'agrumes et de pomme verte.

Les vins de dessert du Sauternes sont majoritairement élaborés à partir de Sémillon en raison de sa peau fine et de sa sensibilité au botrytis. Les vins de la plus haute qualité ont une acidité racée, avec des saveurs de pêche, d'abricot et d'agrumes avec une viscosité de vanille cireuse.

Château Margaux est l'un des cinq domaines viticoles Premier Cru de Bordeaux.

Comprendre le système de classification de Bordeaux

Les lois sur le vin en Europe ont la réputation d'être incroyablement compliquées. Bordeaux en porte sa part de responsabilité, avec trois systèmes différents utilisés pour identifier la qualité des appellations de la région.

Le Classement de 1855 couvre le Médoc sur la rive gauche et le Sauternes. Les Grands Crus Classés occupent le premier rang de ce système suivi des Crus Artisan et Cru Bourgeois, et enfin des Bordeaux Supérieurs et des Bordeaux Génériques. Graves, une région située sur la rive inférieure gauche n'a pas de classement tous les vins produits ici peuvent être étiquetés Cru-Classé.

Sur la rive droite, les deux grandes appellations à connaître sont Pomerol et Saint-Emilion. Le premier n'a pas de classification tandis que le second est divisé en vins de premier grand cru classé de premier niveau., qui sont ensuite divisés en une catégorie A (le meilleur) et une catégorie B. En dessous viennent les vins Grand Cru Classe et enfin Grand Cru.

Combien coûte un bon Bordeaux ?

Grâce à sa popularité, Bordeaux se retrouve à tous les niveaux de qualité et de prix. Des bouteilles de haute qualité provenant de petits producteurs peuvent être bues à la sortie et trouvées entre 15 $ et 25 $. Les Bordeaux dignes de vieillir des meilleurs producteurs commencent à environ 30 $, mais se vendent régulièrement bien plus que cela.

L'histoire de Bordeaux en fait un vin fabuleux pour une occasion spéciale, que cette occasion célèbre un événement de la vie ou simplement une soirée avec ceux que vous aimez. Heureusement, il existe des bouteilles à prix pour toutes les occasions.


Histoire + Highballs : Bordeaux : une histoire du vin le plus célèbre du monde

Composer (pour une qualité supérieure, composez un numéro en fonction de votre emplacement actuel) :

États-Unis : +1 301 715 8592 ou +1 312 626 6799 ou +1 646 876 9923 ou +1 253 215 8782 ou +1 346 248 7799 ou +1 408 638 0968 ou +1 669 900 6833

Numéros internationaux disponibles : https://us02web.zoom.us/u/kcfoEr4ExK

Présentateur : Dr Charles Ludington, Département d'histoire, North Carolina State University

La région entourant Bordeaux, une ville du sud-ouest de la France, est la plus grande région productrice de vins fins au monde. Mais il n'en a pas toujours été ainsi et le destin de la région n'a pas été garanti par la géographie ou la géologie. Au lieu de cela, Bordeaux est devenu célèbre lorsque la région a été acquise en 1152 par Henri II, roi d'Angleterre, dans le cadre de la dot de sa femme, Aliénor d'Aquitaine. A partir de cette époque, Bordeaux produit principalement des vins destinés à un marché d'exportation : d'abord pour les îles britanniques, puis pour une grande partie de l'Europe du Nord. Après une série d'augmentations tarifaires et de guerres entre l'Angleterre et la France qui ont entraîné une augmentation des prix des vins de Bordeaux, les producteurs ont été incités à produire un vin de meilleure qualité qui valait le coût supplémentaire. Au XVIIIe siècle, Bordeaux était donc connu en Angleterre comme un bon vin et, en raison de son prix, un vin pour les riches. En Amérique, George Washington et Thomas Jefferson étaient des fans de vin de Bordeaux, et au 19ème siècle, les riches Américains buvaient le meilleur Bordeaux, à l'imitation de l'aristocratie européenne. Si vous voulez savoir pourquoi nous cultivons ces raisins aux États-Unis, et même ici en Caroline du Nord, ne cherchez pas plus loin que l'histoire du vin de Bordeaux.

Ludington a publié des essais sur l'histoire de la consommation de vin en Grande-Bretagne du milieu du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Son premier livre, The Politics of Wine in Britain: A New Cultural History (2013), a utilisé la consommation de vin comme une fenêtre sur la culture politique anglaise, écossaise et britannique de Cromwell à la reine Victoria. Il enseigne actuellement l'histoire britannique moderne et moderne, l'histoire européenne et l'histoire intellectuelle européenne.


Historique du fichier

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant02:35, 7 février 2020935 × 1 200 (546 Ko) Maltaper (discuter | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Les Cyclopes

Le Cyclope est une peinture d'Odilon Redon représentant un mythe mettant en vedette une "naïade malchanceuse Galatée, aimée de Polyphème, le plus célèbre des Cyclopes". Ce sujet avait déjà été peint par des artistes tels que Moreau, mais Redon a repris ce mythe et a relooké Polyphème. Dans la version de Redon, Polyphemus est montré comme une créature passive non menaçante. La bête normalement menaçante est montrée regardant doucement avec un grand œil qui a été vu dans les travaux précédents de Redon. Galatée, la naïade, est représentée nue et vulnérable allongée sur une parcelle de végétation. Il semble que Polyphème garde un œil doux sur la "jeune fille sexualisée". Le départ de Redon de la représentation normale de Polyphème a été influencé par son style onirique et son ambivalence envers la norme artistique.

Redon, né à Bordeaux le 20 avril 1840, a fait son chemin dans le milieu des arts. Il a dû passer plus d'une fois le concours d'entrée à l'école des beaux-arts. Son œuvre n'était d'abord connue et populaire que dans les cercles symbolistes. Redon était un contemporain de Monet et de Renoir mais jamais un adepte de l'impressionnisme. Redon était considéré comme un étranger et son art n'a pas été largement accepté au cours de sa vie. Le Salon officiel rejette son œuvre et il expose rarement ailleurs qu'à La vie moderne en 1881 et au Gaulois en 1882. Puisant profondément dans son imagination, Redon explique : « Mon père me disait souvent : 'Regardez ces nuages, peux-tu voir comme je peux, les formes changeantes en eux ? Et puis il me montrait des êtres étranges, des visions fantastiques et merveilleuses, dans le ciel changeant. » Une grande partie de ce que Redon créerait était évoquée par son imagination. Il décrivait ainsi son style : "Mon originalité consiste à faire vivre, de manière humaine, des êtres improbables et à les faire vivre selon les lois et les probabilités, en mettant - autant que possible - la logique du visible au service de l'invisible."

Ce thème fabuleux, similaire à Hieronymus Bosch et à l'écrivain Edgar Allan Poe, était rafraîchissant pour l'époque et a attiré l'attention d'Andries Bonger. Bonger deviendra le principal collectionneur de Redon et au fil du temps son ami intime. C'est grâce à cette relation que Redon a acquis sa réputation dans la communauté artistique.

Le cyclope Polyphème n'était pas la première créature mythique à honorer l'œuvre de Redon. Centaures, chevaux ailés, satyres, sirènes et même araignées à tête humaine fréquentent également ses peintures et dessins. Dans son ouvrage Les Origines, une série de huit illustrations lithographiques réalisées en 1883, Redon représente un autre Cyclope, connu sous le nom de n° 3 de la série. Vous pouvez voir une grande similitude de style avec le tableau plus grand Le Cyclope. Les yeux des deux créatures sont grands et seraient autrement menaçants s'il n'y avait pas la nature sensible de leur rendu. No.3 sourit maladroitement tout en regardant le ciel. On ne voit pas grand-chose de son emplacement, mais il semble être à l'extérieur. "Le polype difforme flottait sur les rives, une sorte de cyclope hideux souriant." La créature, généralement censée être repoussante et terrifiante, ne parvient pas à semer la peur dans le cœur du spectateur. Tout comme les autres illustrations de la série, le Cyclope de la lithographie a peut-être conservé son visage hideux, mais il est caché sous la même douceur que dépeint le tableau Le Cyclope. « Toute la carrière de Redon a consisté à trouver des moyens de représenter le surplus de la nature. Ses monstres en sont venus à son insu à symboliser la nature résolument idiosyncratique de sa trajectoire artistique : l'art, comme le monstre lui-même, nous prouverait le contraire dans notre volonté de distinguer entre l'humain et le non-humain, le laid et le beau.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous la licence Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0 Unported (CC-BY-SA). Le texte complet de l'article est ici →


Les Témoins de Jéhovah et l'histoire de 1914

Au 1er novembre 1995 Tour de guet magazine, les Témoins de Jéhovah ont opéré un changement doctrinal majeur concernant la « Génération de 1914 ». Pour mieux comprendre la signification de ce changement, il est crucial de comprendre l'importance qu'ils accordent à l'année 1914 et comment leurs croyances concernant cette année ont radicalement changé tout au long de leur histoire. Ce qui suit est un bref aperçu des incohérences de la Watchtower.

"Début de fin" en 1799 pas 1914

À l'origine, la Watchtower enseignait que le début du « temps de la fin » était en 1799 plutôt qu'en 1914. Ils ont continué à enseigner cela bien au-delà de 1914.

". 1799 marque définitivement le début du 'temps de la fin'. 'Le temps de la fin' englobe une période allant de 1799 ap. le temps de la fin' depuis 1799" (La harpe de Dieu, éd. 1928, p. 235-36, 239).

La seconde présence invisible du Christ en 1874 et non en 1914.

Basé à l'origine sur les enseignements du deuxième prédicateur adventiste Nelson H. Barbour (Témoins de Jéhovah proclamateurs du Royaume du Christ, p. 47), la Société Watchtower a enseigné que la seconde présence invisible du Christ a commencé en 1874 - et non en 1914 comme ils l'enseignent actuellement.

"Le temps de la seconde présence du Seigneur date de 1874. A partir de 1874 se situe la dernière partie de la période du 'temps de la fin'. A partir de 1874 est le temps de la seconde présence du Seigneur. C'était en 1874, le date de la seconde présence de notre Seigneur." (La harpe de Dieu, éd. 1928, pp. 236, 239-40).

Armageddon se termine en 1914

Initialement, l'organisation enseignait que la "bataille du Grand Jour de Dieu Tout-Puissant" (Armageddon) se terminerait en 1914. Chaque royaume du monde serait renversé en 1914 qui était "la date de Dieu" non pas pour le début mais "pour le finir" du temps de trouble.

". nous considérons comme une vérité établie que la fin finale des royaumes de ce monde, et l'établissement complet du royaume de Dieu, seront accomplis d'ici la fin de l'an 1914" (fondateur de la Watchtower, Charles Taze Russell, Le temps est proche, p. 99).

« . La « bataille du grand jour de Dieu Tout-Puissant » (Apoc. 16 :14), qui se terminera en 1914 après JC avec le renversement complet de la domination actuelle de la terre, est déjà commencée » (Ibid., p. 101).

« PEUT-IL ÊTRE RETARDÉ JUSQU'À 1914. Nos lecteurs écrivent pour savoir s'il ne peut pas y avoir d'erreur dans la date de 1914. Ils disent qu'ils ne voient pas comment les conditions actuelles peuvent durer si longtemps sous la tension. Nous ne voyons aucune raison de changer les chiffres - et nous ne pourrions pas non plus les changer si nous le voulions. Ce sont, croyons-nous, les dates de Dieu, pas les nôtres. Mais gardez à l'esprit que la fin de 1914 n'est pas la date pour le début, mais pour le finir du temps des troubles" (Tour de guet, 15 juillet 1894, p. 226).

Armageddon se termine peu après 1914

La Première Guerre mondiale, plutôt qu'Armageddon, éclata en 1914. La Société avait déjà commencé à modifier sa prédiction. Ils enseignaient que 1914 n'était pas la fin, mais le début d'Armageddon. La Première Guerre mondiale était censée être le début de la bataille d'Armageddon. Cette bataille devait se terminer peu après 1914 avec la destruction totale du christianisme professant et l'inauguration du règne millénaire du Christ. La Watchtower a suggéré pour la première fois que cela serait accompli en 1915, mais des prédictions ultérieures l'ont retardé à 1918.

« La grande guerre actuelle en Europe [la Première Guerre mondiale] est le début de l'Armageddon des Écritures » (Sermons du Pasteur Russell, p. 676).

". nos yeux de compréhension devraient discerner clairement la bataille du Grand Jour de Dieu Tout-Puissant maintenant en cours. le résultat glorieux - le Royaume du Messie" (Tour de guet, 1er septembre 1916, p. 265).

"Les Écritures indiquent qu'une grande période de troubles similaires à celle qui s'est abattue sur la nation juive va maintenant s'abattre sur toute la chrétienté. L'expérience d'Israël en l'an 70 [destruction de Jérusalem] sera mise en parallèle avec les expériences de l'année 1915" (Tour de guet, 15 juin 1913, p. 181).

". en 1918, quand Dieu détruira les églises en gros et les membres de l'église par millions, il arrivera que tous ceux qui s'en échappent viendront aux œuvres du pasteur Russell pour apprendre la signification de la chute du 'christianisme'" (Le mystère fini, 1917, p. 485).

1925 est clairement plus biblique que 1914

En 1919-20, la Société a commencé à considérer l'année 1925 comme la date des signes visibles de l'approche d'Armageddon. Les Tour de guet a enseigné que l'année 1925 était plus clairement enseignée dans la Bible que 1914. Le président de la Watchtower, Joseph Rutherford, a affirmé qu'en signe qu'Armageddon était imminent, Dieu ressusciterait Abraham, Isaac, Jacob et tous les fidèles mentionnés dans Hébreux 11 en 1925.

« La date de 1925 est d'autant plus distinctement indiquée par les Écritures qu'elle est fixée par la loi que Dieu a donnée à Israël. Vu la situation actuelle en Europe, on se demande comment il sera possible de retenir l'explosion beaucoup plus longtemps et cela même avant 1925. la grande crise sera atteinte et probablement passée" (Tour de guet, 1er septembre 1922, p. 262).

"L'année 1925 est une date définitivement et clairement marquée dans les Écritures, encore plus clairement que celle de 1914 mais il serait présomptueux de la part de tout fidèle disciple du Seigneur de supposer exactement ce que le Seigneur va faire pendant cette année-là " (Tour de guet, 15 juillet 1924, p. 211).

"Comme nous l'avons dit précédemment, le grand cycle du jubilé doit commencer en 1925. À ce moment-là, la phase terrestre du royaume sera reconnue. Par conséquent, nous pouvons nous attendre avec confiance à ce que 1925 marquera le retour d'Abraham, d'Isaac, de Jacob et du prophètes fidèles d'autrefois, en particulier ceux nommés par l'Apôtre dans Hébreux chapitre onze, à la condition de la perfection humaine" (Des millions de personnes qui vivent actuellement ne mourront jamais ! p. 89-90).

1914 commence la dernière génération avant Armageddon

Des années plus tard, la Société Watchtower a apporté trois changements importants pour 1914. Ils ont enseigné :

    La "Seconde Présence" invisible a commencé en 1914 plutôt qu'en 1874.
  • 1914 (plutôt que 1799) a commencé la « dernière génération ».
  • La durée d'une "génération" était basée sur la durée de vie des personnes en vie au moment de son commencement. Ce dernier point a conduit à l'affirmation de la Watchtower selon laquelle Jéhovah avait promis qu'il y aurait des « survivants » parmi ceux vivant en 1914 qui vivraient pour voir Armageddon.

« Jésus n'en a-t-il pas dit autant lorsqu'il a parlé de sa seconde présence en ces "derniers jours". yeux de compréhension" de la majorité de l'humanité jusqu'à ce que son pouvoir soit révélé dans la fureur d'Armageddon" (Tour de guet, 15 janvier 1950, p. 22).

« Les trente-six années écoulées depuis 1914, au lieu de reporter l'Armageddon, n'ont fait que l'approcher plus que la plupart des gens ne le pensent. N'oubliez pas : 'Cette génération ne passera pas tant que toutes ces choses ne seront pas accomplies.' (Matt. 24:34)" (Tour de guet, 1er novembre 1950, p. 419).

« Les événements prédits ayant commencé en 1914 après JC, la génération de l'humanité qui est encore en vie à partir de cette année-là est la génération signifiée par Jésus-Christ. de la consommation du système de choses.". L'occurrence de ces choses depuis 1914 est dans la connaissance de millions de cette génération. Nous, alors, sommes la génération qui ne passera pas jusqu'à ce que s'accomplisse cette 'grande tribulation telle qu'elle ne s'est pas produite depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, non, et ne se reproduira plus'" (Tour de guet, 15 avril 1961, p. 236 crochets dans l'original, italiques ajoutés).

« De plus, la Bible dit que toutes ces choses arriverait à la génération qui était vivante en 1914. Après avoir attiré l'attention sur les nombreuses choses qui ont marqué la période à partir de 1914, Jésus a dit : « Cette génération ne passera en aucun cas tant que toutes ces choses [y compris la fin de ce système ] se produire.' (Matthieu 24:34, 14) De quelle génération Jésus parlait-il ? Il voulait dire la génération des gens qui vivaient en 1914. Ces personnes qui restent encore de cette génération sont maintenant très vieilles. Cependant, certains d'entre eux seront encore en vie pour voir la fin de ce système méchant. Nous pouvons donc en être certains : bientôt, il y aura une fin soudaine de toute méchanceté et de tous les méchants à Armageddon. Une partie de la génération vivant en 1914 verra la fin du système de choses et y survivra" (Vous pouvez vivre éternellement au paradis sur Terre, p.154).

Les gens assez vieux pour comprendre les événements de 1914 vivront pour voir Armageddon

Pendant un certain temps, la Société a maintenu que la « génération 1914 » était une référence à ceux qui vivaient « avec compréhension » en 1914. Cela raccourcit considérablement le délai d'accomplissement. Selon la Compagnie, Jésus ne parlait pas des bébés nés en 1914 lorsqu'il a dit : « Cette génération ne mourra pas. Ainsi, ceux qui étaient assez vieux pour observer et comprendre les événements dont ils ont été témoins en 1914 (comme les adolescents) vivraient pour voir Armageddon. Cela signifierait qu'un très jeune membre de la « génération 1914 » (disons, un jeune de seize ans) serait né dès 1898 ou 1899.

« Où sommes-nous selon le calendrier de Dieu. En examinant ces faits bibliques, quelque chose d'autre capte également notre attention. Selon la chronologie biblique, nous sommes déjà entrés depuis plus de cinquante-deux ans dans le mauvais système de choses « le temps de la fin ». Ce temps a commencé à l'automne 1914 de notre ère, à la fin des « temps fixés des nations », et il est déjà bien avancé. Jésus a dit que « cette génération » qui a vu le début de cette période en 1914 verrait aussi sa fin. La génération qui était assez âgée pour voir ces événements avec compréhension en 1914 n'est plus jeune. Il n'a plus beaucoup d'années à courir. Déjà beaucoup de ses membres sont morts. Mais Jésus montra qu'il y aurait encore des membres de « cette génération » en vie au moment de la disparition de ce système de choses méchant dans le ciel et sur la terre. (Luc 21:32, 33.) Combien de temps faudra-t-il donc encore avant que Dieu n'agisse pour détruire les méchants et inaugurer les bénédictions de son royaume ? (Tour de guet, 1er mai 1967, p. 262 italiques ajoutés).

« Qu'apporteront les années 1970 ? Le fait que cinquante-quatre ans de la période dite des « derniers jours » se soient déjà écoulés est hautement significatif. Cela signifie que quelques années, tout au plus, restent avant le système corrompu de choses dominant la terre est détruite par Dieu. Comment pouvons-nous en être si certains ?¼ Jésus parlait évidemment de ceux qui étaient assez vieux pour témoigner avec compréhension ce qui s'est passé lorsque les « derniers jours » ont commencé. Même si nous présumons que les jeunes de 15 ans seraient assez perspicaces pour réaliser la portée de ce qui s'est passé en 1914, cela ferait encore aujourd'hui le plus jeune de « cette génération » près de 70 ans » (Éveillé!, 8 octobre 1968, p. 13-14).

"Jésus a dit 'cette génération ne passera en aucun cas tant que toutes ces choses ne se seront pas produites.' De quelle génération s'agit-il et combien de temps dure-t-elle. [Quand il s'agit de l'application à notre époque, la « génération » ne s'appliquerait logiquement pas aux bébés nés pendant la Première Guerre mondiale. Cela s'applique aux disciples du Christ et à d'autres qui ont pu d'observer cette guerre et les autres choses qui se sont produites dans l'accomplissement du « signe » composite de Jésus. Certaines de ces personnes 'ne mourront en aucun cas tant que' tout ce que Christ a prophétisé ne se produira pas, y compris la fin du système méchant actuel" (Tour de guet, 1er octobre 1978, p. 31).

Les bébés nés en 1914 vivront pour voir Armageddon

En 1984, les adolescents vivant en 1914 avaient plus de 80 ans. La Watchtower s'est à nouveau inversée pour inclure les bébés nés en 1914 lors du calcul de la durée de la génération. En utilisant cette technique, la Watchtower pourrait étirer la génération 1914 d'une autre décennie environ.

"Si Jésus a utilisé 'génération' dans ce sens et que nous l'appliquons à 1914, alors les bébés de cette génération ont maintenant 70 ans ou plus. Et d'autres vivants en 1914 ont 80 ou 90 ans, quelques-uns ont même atteint la centaine . Il y a encore plusieurs millions de cette génération en vie. Certains d'entre eux « ne mourront en aucun cas jusqu'à ce que tout se passe ». - Luc 21:32" (Tour de guet, 15 mai 1984, p. 5).

1914 La génération se terminera en 1975 ?

Dès le milieu des années 1960, la Watchtower avait fortement suggéré que la génération de 1914 se terminerait à l'automne 1975. Ils ont basé la prédiction de 1975 en partie sur leur théorie « une année pour un jour » et le « fait » qu'Adam et Ève étaient créé en l'an 4026 av. Cette anticipation était considérée comme « particulièrement vraie » parce que certains de ceux qui ont été témoins des événements de 1914 seraient encore en vie en 1975. Ainsi, la théorie de la génération de 1914 a aidé à « prouver » la théorie d'Armageddon de 1975.

"Pour calculer où se trouve l'homme dans le courant du temps par rapport au septième jour de Dieu de 7 000 ans, nous devons déterminer combien de temps s'est écoulé depuis l'année de la création d'Adam et Eve en 4026 avant notre ère De l'automne de cette année à l'automne de 1 AEC, il y aurait 4 025 ans. De l'automne 1 AEC à l'automne 1 EC est un an (il n'y avait pas d'année zéro). De l'automne 1 EC à l'automne 1967, il y a un total de 1 966 ans En ajoutant 4 025 et 1 et 1 966, nous obtenons 5 992 ans à partir de l’automne 4026 avant notre ère jusqu’à l’automne 1967. Ainsi, il reste huit ans pour représenter les 6 000 années complètes du septième jour. Huit ans à partir de l’automne 1967 apporteraient nous à l'automne 1975, 6000 ans après le septième jour de Dieu, son jour de repos.

". Le septième jour de la semaine juive, le sabbat, représenterait bien le règne final de 1 000 ans du royaume de Dieu sous Christ. Par conséquent, lorsque les chrétiens notent dans le calendrier de Dieu la fin prochaine de 6 000 ans d'histoire humaine, cela les remplit de Ceci est particulièrement vrai parce que le grand signe des « derniers jours » est en cours d'accomplissement depuis le début du « temps de la fin » en 1914. Une partie de la génération qui a discerné le début du temps de la fin en 1914 sera encore en vie sur terre pour assister à la fin de ce système de choses méchant actuel à la bataille d'Armageddon.-Apoc. 16:14, 16" (Tour de guet, 1er mai 1968, p. 271-72).

1914 La génération se terminera en 1989 ?

Dans un 1988 Réveillez-vous ! intitulé « Les derniers jours - Quelle est la suite ? », sous le titre « Combien de temps une génération peut-elle durer ? », la Société semblait suggérer que la génération de 1914 prendrait fin l'année suivante. Après avoir rappelé aux Témoins de Jéhovah que 1914 a commencé la « dernière génération », la Watchtower a annoncé que les Hébreux comptaient soixante-quinze ans comme une génération (note : 1914 + 75 = 1989). Fait intéressant, pour défendre leur cause, la Watchtower s'est tournée vers l'un des érudits de la chrétienté plutôt que vers ses propres sources "ointes".

« J. A. Bengel déclare dans son Études des mots du Nouveau Testament : 'Les Hébreux. compte soixante-quinze ans comme une génération, et les paroles, ne passera pas, intime que la plus grande partie de cette génération [du jour de Jésus] en effet, mais pas la totalité, aurait dû mourir avant que tout ne soit accompli. Cela devint vrai en l'an 70 de notre ère lorsque Jérusalem fut détruite. De même aujourd'hui, la majeure partie de la génération de 1914 est décédée. Cependant, il y a encore des millions sur terre qui sont nés cette année-là ou avant. Et bien que leur nombre diminue, les paroles de Jésus se réaliseront, 'cette génération ne passera certainement pas tant que toutes ces choses ne seront pas arrivées'" (Éveillé!, 8 avril 1988, p. 14).

1914 La génération se terminera en 1994 ?

Un problème plus sérieux pour la Société se trouve dans leur premier dictionnaire biblique en deux volumes, Aperçu des Écritures. Actuellement en utilisation, Aperçu was a major project for the Watchtower and provides Jehovah's Witnesses les definitive answer to biblical meanings. Aperçu very clearly defines the "reasonable limits" for the length of a generation as 70, or in the case of "special mightiness," 80 years.

"When the term 'generation' is used with reference to the people living at a particular time, the exact length of that time cannot be stated, except that the time would fall within reasonable limits. These limits would be determined by the life span of the people of that time or of that population. Today, much as it was in the time of Moses, people living under favorable conditions may reach 70 or 80 years of age. Moses wrote: 'In themselves the days of our years are seventy years and if because of special mightiness they are eighty years, yet their insistence is on trouble and hurtful things for it must quickly pass by, and away we fly.' (Ps 90:10) Some few may live longer, but Moses stated the general rule." (Insight on the Scriptures, Vol. 1, pp. 917-18).

1914 Generation to end .

Finally the Society has abandoned all attempts to measure the 1914 generation by the life span of its "survivors." According to the latest "light," 1914 still started "the last generation" that will end in Armageddon. But the 1914 generation now consists of all "the peoples of earth who see the sign" of Christ's 1914 presence but fail to repent (Watchtower, 1 November 1995, p. 19). In Watchtower dogma, this "sign" is a "composite" sign made up of many historical events of which virtually all adults alive today would be aware, regardless of when they were born.

"Rather than providing a rule for measuring time, the term 'generation' as used by Jesus refers principally to contemporary people of a certain historical period, with their identifying characteristics" (Ibid., p. 17). With such a definition, a "generation" could, functionally, last indefinitely - conveniently protecting the Watchtower against further charges of failed prophecy over its teaching about the 1914 generation surviving till the "end of the system." To maintain a sense of urgency, the Society claims the time period begun in 1914 is "a court period of time" (Ibid., p. 19). How can they say this after defining "generation" so vaguely? It is short, they say, when "compared with the thousands of years of Satan's rulership" (Ibid.).

The following composite quotations drawn from throughout their recent article, "A Time to Keep Awake" illustrate the Watchtower's current position:

"Eager to see the end of this evil system, Jehovah's people have at times speculated about the time when the 'great tribulation' would break out, even tying this to calculations of what is the lifetime of a generation since 1914. However we 'bring a heart of wisdom in' not by speculating about how many years or days make up a generation. Is anything to be gained, then, by looking for dates or by speculating about the literal lifetime of a 'generation'? Far from it. Therefore, in the final fulfillment of Jesus' prophecy today, 'this generation' apparently refers to the peoples of earth who see the sign of Christ's presence but fail to mend their ways. Does our more precise viewpoint on 'this generation' mean that Armageddon is further away than we had thought? Not at all" (Watchtower, 1 November 1995, pp. 17, 19-20).

1914 and False Prophecy

The Bible teaches that predictions spoken in God's name which do not come to pass are evidence that the prophet really does not speak for God. The Lord's people are commanded not to "fear" (Hebrew, guwr, to be intimidated by, or have humility towards) this prophet In fact, under the Old Testament law, this prophet was sentenced to death (Deuteronomy 18:20-22). The Society has verified this understanding of Deuteronomy on several occasions (See: Awake!, 8 October 1968, p. 23 Watch Tower, 15 April 1930, p. 154).

Jehovah's Witnesses have attempted to blunt criticism of their past prophetic failures by professing never to have claimed to be a prophet - an assertion that is simply false. (Voir: Watchtower, 1 April 1972, p. 197 The Nations Shall Know that I am Jehovah, pp. 58, 66).

More recently, in an article critical of others who had given "false alarms" concerning Armageddon, the Society did admit to having some problems in this area themselves. Still, the Society attempted to side step false prophecy charges by claiming that their predictions were never said with "these are the words of Jehovah."

"Jehovah's Witnesses, in their eagerness for Jesus' second coming, have suggested dates that turned out to be incorrect. Because of this, some have called them false prophets. Never in these instances, however, did they presume to originate predictions 'in the name of Jehovah.' Never did they say, 'These are the words of Jehovah.'" (Awake!, 22 March 1993 p. 4).

The Watchtower surely cannot use this excuse with their latest 1914 failure. The Watchtower plainly said that it was "the Creator's promise" that the new world would come "before the generation that saw the events of 1914 passes away" (Awake! 22 October 1995, p. 4). Elsewhere they even called this prediction for the 1914 generation, "Jehovah's prophetic word":

"From a purely human viewpoint, it could appear that these developments could hardly take place before the generation of 1914 disappears from the scene. But fulfillment of all the foretold events affecting the generation of 1914 does not depend on comparatively slow human action. Jehovah's prophetic word through Christ Jesus is: 'This generation [of 1914] will by no means pass away until all things occur.' (Luke 21:32) And Jehovah, who is the source of inspired and unfailing prophecy, will bring about the fulfillment of his Son's words in a relatively short time.

"Just as Jesus' prophecies regarding Jerusalem were fulfilled within the life span of the generation of the year 33 C.E., so his prophecies regarding 'the time of the end' will be fulfilled within the life span of the generation of 1914. Yes, you may live to see this promised New Order, along with survivors of the generation of 1914 - the generation that will not pass away. (Watchtower, 15 May 1984, pp. 6-7 emphasis added, brackets in original).

Beware of False Prophets

Clearly then, the Watchtower predicted in the name of Jehovah that people living in 1914 would not all pass away before Armageddon is fought and "a peaceful and secure new world" is established. Now, by changing their definition of a "generation," the Watchtower has changed its prediction. In so doing, the Society has functionally confessed that the old doctrine, "Jehovah's prophetic word," "the Creator's promise," is no longer true.

Thoughtful Jehovah's Witnesses who love God's word should be able to recognize that the Watchtower is in direct violation of Deuteronomy 18:20-22. Even the Watchtower itself warned:

"True, there have been those in times past who predicted an 'end to the world,' even announcing a specific date. Yet, nothing happened. The 'end' did not come. They were guilty of false prophesying. Why? What was missing? Missing was the full measure of evidence required in fulfillment of Bible prophecy. Missing from such people were God's truths and the evidence that he was guiding and using them" (Awake!, 8 October 1968, p. 23).


Contenu

In about 300 BC Bordeaux was the settlement of a Celtic tribe. They named the town Burdigala. The Romans began rule of the city around 60 BC. Later it became capital of Roman Aquitaine. In the 400s the city was looted by the Vandals, Visigoths, and Franks.

After the Battle of Poitiers, Duke Eudes was able to hold only a small part of Aquitaine where Bordeaux was located. It became one of the last cities to fall under King Pepin the Short.

Bordeaux once again became an important city after the marriage of Duchess Eléonore of Aquitaine with Count Henri Plantagenet. He became King Henry II of England only months after their marriage.

In 1653 Bordeaux was added to the Kingdom of France, when the army of Louis XIV entered the city.

In 1870 the French government moved to Bordeaux for a time. This was at the beginning of the Franco-Prussian war against Prussia. The temporary move happened again during World War I and again very briefly during the World War II.


  • عربي
  • Български
  • Čeština
  • Deutsch
  • Ελληνικά
  • Anglais
  • Español
  • Français
  • Magyar
  • Italiano
  • ქართული ენა
  • Nederlands
  • Polski
  • Português
  • Română
  • Pусский
  • Slovenský
  • Srpski
  • Türkçe

The meteoblue climate diagrams are based on 30 years of hourly weather model simulations and available for every place on Earth. They give good indications of typical climate patterns and expected conditions (temperature, precipitation, sunshine and wind). The simulated weather data have a spatial resolution of approximately 30 km and may not reproduce all local weather effects, such as thunderstorms, local winds, or tornadoes, and local differences as they occur in urban, mountainous, or coastal areas.

30 years of hourly historical weather data for Bordeaux can be purchased with history+. Download variables like temperature, wind, clouds and precipitation as CSV for any place on Earth. The last 2 weeks of past weather data for Bordeaux are available for free evaluation here.

Average temperatures and precipitation

The "mean daily maximum" (solid red line) shows the maximum temperature of an average day for every month for Bordeaux. Likewise, "mean daily minimum" (solid blue line) shows the average minimum temperature. Hot days and cold nights (dashed red and blue lines) show the average of the hottest day and coldest night of each month of the last 30 years. For vacation planning, you can expect the mean temperatures, and be prepared for hotter and colder days. Wind speeds are not displayed per default, but can be enabled at the bottom of the graph.

The precipitation chart is useful to plan for seasonal effects such as monsoon climate in India or wet season in Africa. Monthly precipitations above 150mm are mostly wet, below 30mm mostly dry. Note: Simulated precipitation amounts in tropical regions and complex terrain tend to be lower than local measurements.

Cloudy, sunny, and precipitation days

The graph shows the monthly number of sunny, partly cloudy, overcast and precipitation days. Days with less than 20% cloud cover are considered as sunny, with 20-80% cloud cover as partly cloudy and with more than 80% as overcast. While Reykjavík on Iceland has mostly cloudy days, Sossusvlei in the Namib desert is one of the sunniest places on earth.

Note: In tropical climates like in Malaysia or Indonesia the number of precipitation days may be overestimated by a factor up to 2.

Maximum temperatures

The maximum temperature diagram for Bordeaux displays how many days per month reach certain temperatures. Dubai, one of the hottest cities on earth, has almost none days below 40°C in July. You can also see the cold winters in Moscow with a few days that do not even reach -10°C as daily maximum.

Precipitation amounts

The precipitation diagram for Bordeaux shows on how many days per month, certain precipitation amounts are reached. In tropical and monsoon climates, the amounts may be underestimated.

Wind speed

The diagram for Bordeaux shows the days per month, during which the wind reaches a certain speed. An interesting example is the Tibetan Plateau, where the monsoon creates steady strong winds from December to April, and calm winds from June to October.

Wind speed units can be changed in the preferences (top right).

Wind rose

The wind rose for Bordeaux shows how many hours per year the wind blows from the indicated direction. Example SW: Wind is blowing from South-West (SW) to North-East (NE). Cape Horn, the southernmost land point of South America, has a characteristic strong west-wind, which makes crossings from East to West very difficult especially for sailing boats.

General information

Since 2007, meteoblue has been archiving weather model data. In 2014 we started to calculate weather models with historical data from 1985 onwards and generated a continuous 30-year global history with hourly weather data. The climate diagrams are the first simulated climate data-set made public on the net. Our weather history covers any place on earth at any given time regardless of availability of weather stations.

The data is derived from our global NEMS weather model at approximately 30km resolution and cannot reproduce detail local weather effects, such as heat islands, cold air flows, thunderstorms or tornadoes. For locations and events which require very high precision (such as energy generation, insurance, town planning, etc.), we offer high resolution simulations with hourly data through point+, history+ and our API.

Licence

This data can be used under the Creative Commons license "Attribution + Non-commercial (BY-NC)". Any commercial use is illegal.